0123456789
list icon
list icon

MS-20 mini

SoundCloud

Partager

L’histoire du synthétiseur monophonique MS-20

Le MS-20 de Korg a été lancé en 1978 à partir du concept « a wall on your desktop » (un mur sur votre bureau). Bien qu’étant un synthétiseur monophonique, il a été développé en portant une attention rigoureuse aux coûts de gestion afin de créer un instrument abordable pour le plus grand nombre, tout en offrant la flexibilité de patcher librement d’un synthétiseur modulaire. Ceci lui permettait de conquérir immédiatement les cœurs non seulement des jeunes fans de synthétiseur à travers le monde, mais aussi des musiciens professionnels, propulsant le MS-20 sous les feux de la rampe. Depuis son lancement et sous ses différentes formes, le MS-20 a été apprécié par un total de 300 000 personnes. À présent, après 35 ans, il a été ressuscité sous la forme du MS-20 mini. En commémoration, nous voudrions vous raconter l’histoire du MS-20 et décrire son succès, tout en parlant de la série MS et d’autres produits.
*Nombre total de ventes de tous les produits associés

PS-3100 / PS-3200 / PS-3300 (lancés en 1977 / 1978 / 1977)

PS-3100

PS-3100

PS-3200

PS-3200

PS-3300

PS-3300

La préhistoire du MS-20 : tout a commencé avec le Polysynth

La série Polysynth – série PS – présentait des spécifications incroyables pour son époque. Le PS-3100, avec son clavier intégré, était entièrement polyphonique, comprenant un VCO, VCF, VCA et EG pour chacune de ses touches, ce qui en faisait un synthé polyphonique 48 notes. Il pouvait aussi être patché de manière flexible et librement réglé à des accords autres qu’à tempérament égal.  Le PS-3200 séparait le clavier du générateur sonore : il contenait deux VCO et une mémoire programmable permettant aux utilisateurs de stocker jusqu’à 16 sons différents. Enfin et surtout, le PS-3300, modèle phare de la série PS, était un tour de force dont le meuble contenait trois PS-3100 (ce qui fait 144 synthétiseurs monophoniques) ! C’était le préféré de Keith Emerson et de Jean Michel Jarre.

MS-20 (lancé en 1978)

MS-20

MS-20

Le grand succès : « A wall on your desktop »

L’un des arguments de développement du PS-3100 mis en vente l’année précédente, était de réussir à inclure les circuits d’un « gros synthé » dans un espace limité. Il a été compliqué de rendre les circuits les plus compacts possibles afin de ne pas réduire les spécifications. Le système de circuits développé pour le géant comparable PS-3100 était celui utilisé par le MS-20 afin de créer un synthétiseur monophonique ayant deux ensembles de VCO, VCF, VCA et EG, mais aussi un panneau de patch et un module pour une entrée audio externe et pour la conversion CV. Fidèle à sa philosophie de synthétiseur le plus intéressant possible, il a été conçu avec d’importantes contraintes de gestions de coûts, et les dimensions de la feuille métallique de son boîtier ont aussi été choisies dans un souci d’économie. En particulier, le son puissant de son filtre est devenu une caractéristique typique du MS-20, le rendant représentatif du « son de Korg ».

MS-10 (lancé en 1978)

MS-10

MS-10

Un modèle basique ayant contribué à l’expansion des synthétiseurs

Le MS-10 était le modèle le plus compact de la série MS : un synthétiseur monophonique disposant d’un seul ensemble de commandes VCO, VCF, VCA et EG. Bien que simple, il offrait également un panneau de patch supportant de nombreuses méthodes de création sonore. Alors que le MS-20 comportait 37 touches, le MS-10 en avait 32. Malgré son unique VCO, il pouvait générer des sons typiques tels que des sons gras et robustes. En plus de cela, son coût correspondait à la réduction de sa taille. À 53 500 yen (300 dollars américains à l’époque), il était incroyablement accessible, encourageant ainsi la popularité des synthétiseurs en général. Nombre de jeunes joueurs de l’époque ont choisi le MS-10 en premier synthé. Depuis, il a été le favori de The Orb, des Chemical Brothers, de Juan Atkins, de Underworld et de nombreux autres.

MS-50 (lancé en 1979)

MS-50

MS-50

Le modèle supérieur de la série entièrement patchable

Présenté comme un module d’extension des MS-10/20, le MS-50 est un modèle rare de la série MS. Basé sur le MS-20, il n’avait pas de clavier mais des circuits internes supplémentaires comme un séparateur et un intégrateur qui ne sont pas présents sur les MS-10/20. Ces derniers prenaient en charge des moyens de créer le son encore plus complexes. Le voltmètre en haut du côté droit du panneau s’est emparé du cœur de nombreux joueurs de synthétiseur. Évidemment, il pouvait fonctionner seul en utilisant des signaux CV/Gate. Alors que les MS-10/20 fournissaient un trajet de signal de base qui était connecté de l’intérieur, et pouvait donc être utilisé sans patching, le MS-50 utilisait une conception totalement dépendante des patchs. En utilisant le MS-50 avec le MS-10/20 ou avec le SQ-10 décrit ci-dessous, il était possible d'élaborer un système modulaire à plus grande échelle.

MS-01 / MS-02 / MS-03 / MS-04 (lancés en 1979)

MS-01 / MS-02

MS-01 / MS-02

MS-03 / MS-04

MS-03 / MS-04

Les autres produits de la série MS : les compléments spécialisés

Quatre modules aux fonctions spécifiques étaient offerts, peu après le lancement des premiers produits, afin d’aider les utilisateurs à connecter leurs différents appareils de la série MS. Ils fournissaient des fonctionnalités additionnelles pour la scène ou pour l’usage en studio, et pouvaient être associés à plusieurs synthétiseurs afin d’étendre le potentiel de la série MS. Le contrôleur au pied MS-01 permettait de réguler le signal de tension qui contrôlait chaque module de synthé avec le pied. Le MS-02 était une interface pratique qui convertissait les signaux CV/Gate, les fabricants de l’époque ne partageant pas une norme constante. Le processeur de signal MS-03 convertissait un signal audio en signaux CV/gate, permettant aux utilisateurs de se servir de sources audio externes, comme une guitare ou du chant, pour déclencher un synthé. Enfin, la pédale de modulation MS-04 comportait un LFO et permettait d’utiliser une pédale pour contrôler le VCO ou VCF de l’appareil de la série MS auquel elle était connectée. 

SQ-10 / VC-10 (lancés en 1978)

SQ-10

SQ-10

VC-10

VC-10

Produits d’extension

Le SQ-10 a été mis en vente au même moment que le MS-20. Il s’agissait d’un séquenceur analogique 12 pas x 3 canaux disposant d’un générateur d’horloge contrôlé en tension qui permettait aux utilisateurs de varier continuellement la durée entre les pas, et d’une sortie déclencheur indépendante pour chaque pas. Tout cela donnait aux utilisateurs la possibilité de programmer une large variété de séquences. Ils pouvaient utiliser chaque pas en tant que mémoire de son, et certains profitaient de sa connectivité flexible en l’utilisant comme un contrôleur de lumière. Le VC-10 était le premier vocodeur au monde à disposer d’un clavier intégré, et il a beaucoup attiré l’attention car il pouvait être utilisé sur scène. Sa sonorité caractéristique était appréciée par de nombreux claviéristes dont Joe Zawinul. La conception, permettant de fixer un micro dédié, a été réutilisée par la suite pour le microKORG mais aussi pour de nombreux produits à l’étranger. 

MS2000 (lancé en 2000)

MS2000B

MS2000B

Combinaison de technologies vintages pour une nouvelle ère de MS

Plus de vingt ans après le MS-20, le module sonore à modélisation analogique MS2000 a fait son apparition. Bien que ses paramètres de sonorisation et ses sons aient été développés en tant que « nouveau synthétiseur pour le nouveau millénaire », il fournissait une fonctionnalité de patch virtuel basée sur le panneau de patch du MS-20, un séquenceur de modulation basé sur le SQ-10, et un vocodeur interne issu du VC-10. Toutes ces technologies ont été intégrées à un seul instrument conçu selon les préférences actuelles. Les panneaux latéraux en bois de rose et le panneau fortement incliné ont aussi fait son succès. Le MS2000 était le modèle fondamental avant des synthétiseurs analogiques à modélisation de Korg comme le microKORG et le RADIAS. 

KORG Legacy Collection / Module complémentaire du MS-20 avec contrôleur MIDI MS-20 (lancé en 2004)

MS-20 un synthétiseur logiciel

MS-20 un synthétiseur logiciel

Contrôleur MS-20

Contrôleur MS-20

OASYS

OASYS

KRONOS

KRONOS

Le MS-20 recréé en synthétiseur logiciel

Le moteur sonore du MS-20 était composé d’un circuit unique ayant été simplifié au maximum. Pour chacune de ses fonctions, un seul transistor jouait un rôle extrêmement important et décisif dans la détermination du son MS. Le projet de logiciel MS-20, qui a commencé comme une sorte de travail clandestin au sein du département de développement de Korg, simulait parfaitement les caractéristiques de chacun de ces composants électroniques. Au lieu de retrouver les caractéristiques du son, typiques des synthétiseurs logiciels jusque-là, ce projet reproduisait chaque circuit dans le logiciel. Cette méthode de modélisation composant par composant était justement appelée « Component Modeling Technology » (Technologie de modélisation des composants), ou CMT. Ce module utilisait également des outils de pointe afin de restituer les graphiques à un très haut degré de précision. Associé au contrôleur MS-20, qui était une reproduction fidèle du MS-20 à 86 % de sa taille originale, le module complémentaire du MS-20 avec le reste de la Legacy Collection continue à être apprécié des artistes du monde entier.

En 2006, Korg a lancé le LAC-1 : Legacy Analog Collection (Collection héritage analogique) en tant qu’« instrument d’extension » optionnel pour l’Open Architecture Synthesis Studio « OASYS » (système d’architecture ouverte), lancé en 2005. Le MS-20EX a été mis en œuvre en tant que fonction standard pour la workstation KRONOS en 2011, et pour le KRONOS X en 2012. Les sons désormais familiers du « MS-20 » ont été omniprésents dans la musique populaire ces 35 dernières années, tout comme à travers l’histoire des produits les plus légendaires et influents de Korg.

monotron / monotron DUO / monotron DELAY / monotribe (lancés en 2010 et 2011)

monotron / monotribe

monotron / monotribe

De nouveaux sons possibles uniquement grâce à l’analogique

Les séries monotron/monotribe ont été développées en partant du concept d’un synthétiseur analogique pouvant être  porté à une main. Avec un VCF pouvant auto-osciller tout en comportant le même circuit que les MS-10/20 pour  générer des sons puissants, le monotron présentait un ensemble de commandes VCO, VCF et LFO. Le monotron Duo, quant  à lui, contenait deux appareils VCO, et le monotron DELAY présentait un appareil de delay interne. Le développement  a bénéficié des conseils promulgués par les développeurs du MS-20, rendant le son encore plus robuste. Basé sur ce  monotron, le moteur sonore a été davantage amélioré, et avec l’ajout d’un séquenceur à pas et d’une batterie  analogique issue de la série ELECTRIBE, il a été lancé en monotribe : inaugurant une nouvelle génération  d’appareils analogiques où « le fonctionnement lui-même est la performance ». La fonctionnalité sync était aussi  analogique, rendant l’utilisation des signaux audio possible. Il va sans dire que le filtre comportait aussi le  même circuit que les MS-10/20.

KORG iMS-20 for iPad (lancée en 2010)

KORG iMS-20 for iPad

KORG iMS-20 for iPad

Transformez votre iPad en studio de synthé analogique

L’application iMS-20 for iPad, développée en collaboration avec la DETUNE Corporation, comporte la technologie de moteur sonore « CMT » brevetée par Korg, non seulement pour reproduire parfaitement le son du MS-20, mais aussi pour fournir un séquenceur analogique basé sur le SQ-10. Elle contient aussi une boîte à rythmes 6 parties, ce qui en fait un environnement de création musicale pouvant être utilisé par des professionnels. Sa fonction KAOSS PAD lui permet d’être utilisée et contrôlée de manière intuitive. De plus, son intégration au site de distribution de musique et de partage « SoundCloud » implique qu’iMS-20 ouvre à tous une nouvelle manière de créer de la musique. Outre la reproduction du système de patch du MS-20, elle permet aussi de patcher une source vers plusieurs destinations. Ceci est l’une des nombreuses idées rendues possibles uniquement sous forme numérique.